Partager

Infographie : 10 statistiques pour tout savoir sur la relation entre marques et médias

Simon
13 Sep 2018

Jamais la relation entre les marques et médias n’a été aussi tendue. D’un côté, les RP peinent à se faire entendre auprès des journalistes sur-sollicités. De l’autre, les médias, sous pression, doivent produire de plus en plus d’articles pertinents dans des délais toujours plus courts.

Même si les médias ont multiplié leurs sources d’informations, ces dernières ont toujours autant besoin des marques et de leurs responsables de presse pour obtenir des informations vérifiées et différenciées. Les entreprises, de leur côté, ne peuvent pas non plus se passer de la visibilité offerte par les médias.

Alors pourquoi marques et médias ne parviennent plus à collaborer ?

Pour mieux comprendre la source du problème, Babbler a interrogé 120 journalistes et 210 responsables de presse chez les marques pour comparer leurs pratiques et aspirations respectives.

Médias

82% des médias aimeraient se voir proposer plus d’exclusivités

60% des journalistes apprécient lorsque les RP prennent l’initiative d’organiser une rencontre si leur actualité est pertinente.

27% des journalistes sont prêts à recourir au RGDP s’ils sont trop sollicités.

22% des journalistes reçoivent plus de 100 emails par jour dont la plupart sont des emails génériques.

 

Marques

24% seulement des RP pensent à offrir une exclusivité aux médias

27% seulement des RP proposent une rencontre aux journalistes lorsqu’ils ont une actualité à communiquer.

40% des RP admettent recourir à une forme d’email de masse

17% des RP avouent de pas inclure le nom du journaliste dans leurs emails.

 

 

TOP 3 des choses qui insupportent le plus les journalistes

29%  les emails sans contenus (CP, images, vidéos)

28% les emails génériques

21% les poncifs (disruptifs, révolutionner…)

 

En bref : une relation compliquée entre marques et médias

 

Les journalistes sont sur-sollicités par des infos souvent mal ciblées.

Les journalistes reçoivent trop d’emails impersonnels au quotidien. Ils aimeraient lire plus souvent de storytelling et e voir proposé des exclusivités. Ils se plaignent également de recevoir des contenus parfois trop pauvres (manque de données, études, faits…).

Les marques ont moins de temps pour des rencontres réelles

Les marques ont de plus en plus de cibles médias à toucher et leurs tâches se sont diversifiées. Par conséquent, ils ont moins de temps pour entretenir des relations personnalisées avec l’ensemble des contacts. Ils sont aussi trop souvent objectivés sur des volumes de parution à obtenir.

 

« Il faut qu’un email soit court : l’objectif est d’être accroché et d’avoir envie d’aller plus loin. Il doit aussi être factuel et décrire ce que fait l’entreprise, son actualité et pourquoi ils choisissent notre média et pas un autre. Je ne lis pas les emails longs en entier, je les parcours »

Guillaume Bregeras, Les Echos

 

Sondage réalisé en 2018 sur un panel de 120 journalistes et influenceurs utilisateurs de Babbler et de 210 RP (44% de TPE, 38% de PME/startup, 10% d’agence, 8% de grandes entreprises).